Sites historiques

Index de l'article

L'Eglise Saint-Jean Baptiste

L'église St Jean Baptiste

L'ancienne église St Jean Baptiste (1346) devenant trop étroite, il fallait envisager la construction d'un nouvel édifice, ce qui fut fait au début du 18ème siècle.

Les travaux débutèrent dès 1738 après plus de 30 ans de tergiversations, et ont duré plus de 12 ans.

Elle sera bénie le 25 janvier 1750.

L'église paroissiale est dédiée à St Jean Baptiste, dit le saint précurseur, il annonce la venue du Christ....

Elle est la troisième plus grande église du Var par ses dimensions : vaste édifice de style baroque (notamment par sa façade), l'église est ornée de 3 nefs et 4 travées à abside semi circulaires.

Dans chacune des nefs latérales plusieurs autels dont un maitre-autel.

La Chapelle de Notre Dame des Cyprès

Note Dame des CyprèsBâtie par les frères de l'abbaye de Lérins en rade de Cannes, elle fût vraisemblablement la 1ère paroisse de Fayence au X ou XIème siècle.

La Chapelle de Notre Dame comme son nom l'indique est dédiée à la vierge Marie, célébrée le 8 septembre, jour de la fête patronale.

A l'entrée on peut remarquer la profondeur de la descente, symbole du passage du profane (extérieur) au sacré ( le cœur de la Chapelle).

A voir : Les tableaux, l'autel en marbre, le tabernacle en bois doré du 16ème, le rétable composé de tableaux représentant les principales phases de la vie de la Vierge et quelques ex-voto.

Située à 2 km du centre du village, sur la D19, cette chapelle de forme trapue avec son clocher roman, son assemblage de pierres particulièrement harmonieux, la présence des cyprès, dégage une impression de grande sérénité.

La Chapelle St Roch

Chapelle Saint-RochContiguë au village, elle gardait une des portes de l'enceinte urbaine : la porte sarrazine.

Elle assumait ainsi son rôle protecteur, comme d'ailleurs les autres chapelles Ste Anne et St Pierre .

Cette chapelle du XVIème est dédiée à St Roch, saint protecteur contre la peste....Ce Saint est fêté le 16 août.

A voir : Une statue de St Roch en stuc, 3 tableaux le représentant et un petit bénitier en pierre à l'entrée.

La Tour de l'Horloge

La Tour de l'Horloge

La tour de l'horloge, surmontée d'un campanile, fut construite en 1807.

Point culminant du village, elle est la compagne fidèle des habitants de Fayence : l'horloge égrène son temps jour après jour depuis plus de deux siècles.

La Tour de l'Horloge

Un panorama grandiose à 360° offre une vue surprenante sur les toits du village, le centre de vol à voile et les montagnes alentours : l'Estérel, les Maures, le Lachens...

Une table d'orientation vous aidera à vous repérer.

Ruines du châteauA proximité, la place du château, qui marque l'emplacement de l'édifice seigneurial, dont il ne reste qu'une vieille tour de guet, dernier vestige du château des évêques de Fréjus.

La porte Sarrazine



La Porte Sarrasine

Ce vestige classé du XIIIe siècle, en bas du village, a conservé ses mâchicoulis et les rainures de fonctionnement de la herse qui fermait l'entrée de la ville.



Les treize fontaines de la ville

Alimentées par de l'eau de source très pure, elles coulent en permanence toute l'année. Les plus belles sont la fontaine du Paty, la fontaine de la Place de la République, la fontaine Gabriel-Péry, la fontaine-lavoir du Roy, la fontaine Rue-grande du Château et le lavoir municipal à colonnettes.

fontaineFontaineFontaineFontaine

 

monument_aux_morts_cimetire monument_aux_morts

Monument aux morts

Cimetière de la Roque

Monument aux morts

Place Léon Roux

Historique  des 2 monuments aux morts de Fayence - vu par Monsieur Abt, conseiller municipal – correspondant défense

« Il y a un an, lors de la commémoration du 15 août 2010, jour anniversaire de la libération de la Provence, Monsieur le Maire m’a demandé de chercher les raisons pour lesquelles notre commune dispose de 2 monuments aux morts, fait non unique mais assez rare dans notre région pour être signalé. Après des recherches dans différentes archives, je suis en mesure aujourd’hui de vous en donner les raisons.

Pour bien comprendre, il faut d’abord se remémorer le traumatisme profond qu’a laissé la guerre de 1914/18 dans la mémoire collective des Français. En moyenne il tombait 1000 soldats français par jour, pendant 4 ans soit 1 400 000 tués sur les champs de bataille. Je vous laisse imaginer l’angoisse, chaque jour, dans les familles de France.

Ce fut un choc social, économique et démographique épouvantable.

Avant la fin du conflit, alors que la victoire était loin d’être acquise, la révolte grondait contre cette boucherie et il s’est constitué l’association des mutilés, réformés et veuves de guerre pour obtenir l’élévation de monuments commémoratifs avec les noms des victimes décédées gravés dans la pierre afin que jamais ce massacre ne soit oublié. L’association, puissante car ses membres se comptaient par millions, en plus de faire pression sur les pouvoirs publics, donnait l’exemple en érigeant elle-même, chaque fois que c’était possible, avec ou sans l’aide des collectivités, un monument commémoratif dans un cimetière, lieu de paix et de recueillement.

C’est ainsi que fut inauguré le dimanche 27 août 1922, le monument aux morts du cimetière de la Roque.

Parallèlement, par une Loi de finances de 1920, l’Etat fit savoir qu’il préconisait l’élévation d’un tel monument dans chaque commune sur un lieu public facilement accessible avec une possible subvention mais aussi le droit de regard du préfet. Sur ces monuments devaient être gravés les noms des hommes « morts pour la France » tels qu’ils apparaissaient dans les registres d’état-civil de la commune.

C’est ainsi que fut érigé le 28 décembre 1924 le monument aux morts officiel de la Place Léon Roux avec les noms des morts pour la France nés à Fayence.

Dédiés au devoir de mémoire et en l’honneur des combattants tombés au champ d’honneur, ces deux monuments n’ont pas la même signification, leur allégorie est différente de même que leur destination.

Le monument du cimetière est situé dans un espace restreint, destiné au recueillement et à l’expression de la peine dans un lieu de paix, calme et silencieux. Le cénotaphe de la Place Léon Roux est, certes, destiné au culte de mémoire mais, installé sur une place publique, facile d’accès, visible de loin et assez grand pour rassembler du monde. Il est aussi destiné à exalter la capacité de résistance de notre peuple à l’envahisseur étranger. L’édifice de Fayence est surmonté d’une croix de guerre et d’un buste de fantassin casqué qui tient une grenade dans sa main, alors que celui, très sobre, du cimetière est juste surmonté d’une croix chrétienne.

Chacun de ces monuments a sa place, sa signification et son rôle à jouer.

Il est devenu de tradition que Fayence commémore les principales cérémonies Place Léon Roux et celle du débarquement en Provence le 15 août 1944 au cimetière de La Roque où se trouvent également les sépultures de deux Fayençois tués pendant le conflit 1939/1945.

Nous sommes fin juillet, profitez donc de l’occasion pour y aller faire un tour le 15 août, maintenant que vous connaissez l’histoire de ces monuments. »

Raymond ABT, correspondant défense de Fayence.

Mis à jour : mercredi 17 août 2011 16:26

Restez informé!

Sélectionnez les lettres d'information auxquelles vous désirez vous abonner.



Joomla Extensions powered by Joobi

rallye-de-fayence-2014 15
rallye-de-fayence-2014 15
photo9
photo9
Entrée Fayence
Entrée Fayence
Réfection d'un appartement Ancienne École de Garçons
Réfection d'un appartement Ancienne École de Garçons
mur chemin de peymeyan fin
mur chemin de peymeyan fin
rallye-de-fayence-2014 14
rallye-de-fayence-2014 14

Horaires d'ouverture de la mairie :
du lundi au vendredi :
de 8h00 à 12h00 et 13h30 à 17h00